Archives de Tag: Jay Asher

Thirteen Reasons Why – Jay Asher

2011 fut une belle année, la dernière complète si l’on en croit les prédictions, mais surtout, une année littérairement pauvre de mon point de vue (cf ma liste ridiculement petite de lectures).

Eh bien, l’année se finira mieux qu’elle n’avait commencé, au grand dam de ma bibliothèque, avec deux ajouts dont :

New York Times bestseller list

Th1rteen R3asons Why (2007)

Thirteen reasons why est un fleuron de la littérature pour jeunes adultes, très en vogue dans le monde anglo-saxon.

Hannah Baker est morte. Elle s’est suicidée. Pourquoi ? C’est justement l’objet de ce roman, puisqu’elle a décidé de révéler la vérité, sa vérité, sur cassettes audio et de les envoyer, post-mortem, à ceux qu’elle estime responsables. Clay est l’un d’eux, et c’est ce jeune garçon que nous suivons dans la découverte du mystère Hannah Baker et des raisons qui l’ont poussée à se donner la mort.

C’est donc un récit à deux voix, l’une d’outre-tombe, l’autre qui lui a survécu. Et c’est surtout pour ce format d’écriture qui promettait d’être original que je me suis procuré le roman car j’ai, par ailleurs, une vraie répugnance pour les récits de vie de litté jeunesse. C’est souvent niais, larmoyant, quand on réussit à éviter le cliché, les sujets y sont traités par le petit bout de la lorgnette, et on y retrouve tout ce qu’on déteste chez les adolescents : de la mauvaise humeur, de la mauvaise foi, et un don pour transformer une futilité en catastrophe. Oh, my god, ma meilleure amie ne me parle plus, je vais mouriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiir !

Et mon opinion a été confirmée. Mais seulement pendant 50 pages.

Le début est laborieux, le duet a du mal à se mettre en place, et surtout, Hannah apparaît comme le prototype de l’adolescente geignarde et drama queen. En gros, les premières raisons qu’elle donne à son suicide semblent mesquins et le geste démesuré.

Et puis, les protagonistes se multiplient, l’intrigue s’étoffe, et la pelote qu’Hannah déroule sous nos yeux apparaît de plus en plus complexe. Certains adolescents font froid dans le dos et l’on appréciera avec quelle dextérité l’auteur relie toutes ces histoires entre elles. L’écriture est simple, voire simpliste. N’allez pas chercher ici de la grande littérature, mais l’ensemble est ingénieux. Au final, c’est un récit touchant et très bien monté, où les briques peu à peu dévoilées dressent le portrait d’une jeune fille attachante, incapable de faire face à l’égoïsme et à la noirceur humaine. Une jeune fille complétement seule et son inexorable naufrage.

Je n’irai sûrement pas voir l’adaptation prévue au cinéma, mais cette histoire, et surtout ce personnage, auront marqué cette fin d’année.Langue : anglais

Éditeur : RazorBill

Catégorie : Jeunesse (Young adults)

Sous-catégorie : Récit de vie

Thème : suicide

Publicités
Tagué , , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :