Archives de Tag: coup de coeur

American Darling – Russell Banks – Enfin une excellente lecture !

Quel livre ! Lu en trois jours, que dis-je, dévoré, tout cru, sans reprendre ma respiration. Ce roman est mon coup de coeur de l’année. J’y ai trouvé tout ce que j’aime et que je cherchais ailleurs depuis un petit moment : du style, des idées, une narration riche qui parle à mon coeur et à ma tête. Merci Monsieur Banks et merci Achille49 qui me l’a offert pour le Swap USA organisé sur Livraddict.

American Darling est le récit d’une femme -et quelle héroïne- écrit par un homme. Il nous promène à travers l’histoire de la seconde moitié du XXè siècle, des États-Unis au Liberia, en passant par le Congo. Le Liberia et les États-Unis, liés par l’Histoire, mais aussi par celle avec un petit h de notre narratrice, Hannah Musgrave.

Hannah Musgrave est une vieille femme quand elle débute son récit. Fermière bio dans un coin reculé des USA, son pays de naissance, elle décide un beau matin de retourner au Liberia, pays avec lequel elle semble avoir un lien profond. Ce sont les raisons de ce départ que nous découvrons en même temps que l’histoire torturée et tortueuse de ce personnage haut en couleurs.

Car Hannah Musgrave est une femme complexe, prise au piège de ses propres choix et contradictions. Elle est tour à tour féministe, activiste, mère, épouse, rebelle, soumise, amoureuse, cynique, égoïste. C’est une femme qui veut changer le monde, quel qu’en soit le coût pour elle et les siens. C’est une femme passionnée qui essaie de réconcilier sa vision du monde et la réalité de celui-ci. Et cela n’est possible qu’au prix de grands sacrifices et d’immenses souffrances.

Je ne veux pas trop vous en dévoiler car la découverte progressive des différentes facettes de ce personnage, des différentes époques de sa vie entre les deux continents, est un des grands plaisirs de cette lecture. Sachez seulement qu’on y apprend beaucoup sur l’activisme, le féminisme, la lutte pour les droits civiques, l’histoire du Liberia.

C’est un voyage humain et littéraire d’une richesse incroyable. Hannah Musgrave se livre sans concessions et ne cache jamais les parts d’ombre de son histoire. Sa froideur et son détachement en feront peut-être frémir certains.

L’écriture est fluide, un vrai flot de conscience, qui s’adapte parfaitement aux changements de lieux et d’époque, aux aller-retours de la mémoire d’Hannah, sans jamais semer son lecteur. Ce récit est une introspection, oui, mais le lien avec les évènements et la vie est tellement fort, qu’on ne sait plus qui modèle qui. Hannah est-elle un produit de son époque et de sa société ? Ou a-t-elle modelé sa vie et celle des autres à son image ?

Plusieurs semaines après la lecture, Hannah Musgrave ne m’a pas quittée, tout comme les questions qu’elle soulève sur la (im)possibilité d’être une femme libre.

(Par contre, si comme moi vous souhaitez lire d’autres Banks en français sur votre liseuse, vous pouvez vous brosser ! Mais vous trouverez au moins American Darling.)

Extrait de l’incipit :

« APRÈS BIEN DES ANNÉES où j’ai cru que je ne rêvais plus jamais de rien, j’ai rêvé de l’Afrique. C’est arrivé une nuit de la fin du mois d’août, ici, dans ma ferme de Keene Valley, pratiquement le lieu le plus éloigné de l’Afrique où j’aie pu m’installer. J’ai été incapable de me souvenir de ce que racontait ce rêve, mais je sais qu’il se déroulait en Afrique, au Liberia, dans ma maison de Monrovia. Les chimpanzés avaient dû y jouer un rôle, parce que des visages ronds et bruns semblables à des masques flottaient encore dans mon esprit quand je me suis réveillée bien à l’abri dans mon lit, dans cette vieille maison au milieu des monts Adirondacks. Et j’étais submergée par une évidence: j’allais bientôt y retourner. 

Mon retour n’était pas dicté par une décision consciente. Il s’agissait plutôt d’un pressentiment, peut-être d’une prémonition qui émergeait de la partie la plus noire de mon esprit au même rythme que les images du Liberia y dérivaient, s’y abîmaient, s’évanouissant dans ces eaux sombres où j’ai emmagasiné la plupart de mes souvenirs d’Afrique. Et non seulement d’Afrique mais des années terribles qui l’ont précédée. Quand on garde autant de choses secrètes aussi longtemps que je l’ai fait, on finit par se les cacher aussi à soi-même. C’était donc là que le rêve était allé, à l’endroit même où j’avais enfoui mes souvenirs oubliés du Liberia et des années qui m’y avaient conduite. Comme s’il s’agissait du secret de quelqu’un d’autre et que j’étais celle qui, plus que quiconque, ne devait pas en être informée. »

Titre original : The Darling

Langue: français

Éditeur : Babel – Actes Sud

Thèmes : Engagement, Féminisme, Amour, Idéaux, Liberté, Guerre

Pages : 570

1re publication : 2004, traduit en 2005

Adaptation : prévue au cinéma, réalisée par Scorsese avec Cate Blanchett.

Tagué , , , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :