Archives de Tag: 2014

Quand tu es prof de lycée (Gifs 2)

Quand je découvre que certains BTS savent à peine lire et écrire

tumblr_mrj7tjjxpB1qe6mn3o1_500

*

Quand je corrige trop de copies à l’heure

tumblr_mn97tbKUEc1qe6mn3o1_500

*

Quand j’ai enchaîné plusieurs paquets

tumblr_m9kkg1D5lI1qe6mn3o1_500

*

Quand j’ai lu toute la soirée que Victor Hugo, auteur du 17e siècle, avait écrit des livres.

tumblr_m2ofgdbyfm1qe6mn3o1_500

*

Quand Kevin rencontre par hasard la Culture. Ou que la Culture rencontre Kevin.

tumblr_luhv4c7Lf21qe6mn3o1_500

*

Quand un élève somnole en classe

tumblr_lchwzkBKVe1qe6mn3o1_500

*

Quand j’annonce un devoir-surprise et qu’on me demande si je suis sérieuse

tumblr_lmxodr6lRs1qe6mn3o1_500

*

Quand Kevin a compris ma blague, mais pas Dylan.

tumblr_lak2v77C0K1qe6mn3o1_500

*

Quand, pleine d’illusions, je m’installe pour écouter des exposés

tumblr_lak3rg8BX11qe6mn3o1_500

*

La réalité

tumblr_inline_mzwji0yJLY1rvb34b

*

Quand Kevin découvre sa sexualité

tumblr_mg3v9svlVi1qe6mn3o1_500

*

Quand Kevin me demande comment on écrit « évaluation »

oh-please

*

Quand Kevin m’explique que La Bruyère ne sait pas parler français

how1

*

Ce à quoi pensent vraiment Kevin, Dylan et Steven-Charles pendant mes cours

tumblr_lz2krrqacZ1qe6mn3o1_500

*

Quand je traverse le lycée avec le matériel de vidéoprojection

giphy (7)

*

Quand le proviseur utilise un sigle made in Education Nationale

tumblr_mn8xf34za21rhuy1vo1_400

*

La veille d’une inspection

tumblr_lku6ltcoqm1qe6mn3o1_500

*

Le cerveau d’un prof post-marathon conseils de classe, réunions parents-profs du 1er trimestre

tumblr_luen3zYLz21qe6mn3o1_500

Tagué , , ,

Petits Papiers

J’ai un nouveau hobby: la découpe de papier ! Après avoir diverti le Bigorneau à coups de ciseaux pour créer divers paysages de savane, j’ai investi dans un peu de matériel et  dans le grand livre des papiers découpés, pour les idées.

Avec un peu de dextérité et de patience, j’ai réalisé ma première carte, en suivant un modèle du livre:

forêt

Puis une seconde. Et là, j’ai eu du mal à trouver quelque chose qui correspondait à mes goûts et à ceux du Bigorneau. Alors, je me suis lancée, et j’ai créé ma propre carte, d’après un dessin trouvé sur le net modifié par mes soins:

IMG_20140319_123206

Et comme j’adore ces contrastes, j’ai continué en dessinant entièrement mon premier gabarit. Tadam !!!!

IMG_20140319_123141

J’ignore combien de temps ça va durer, mais pour l’instant, je m’éclate ! J’aime construire des cartes avec plusieurs plans et surtout des détails personnalisés, et si mes talents de dessinatrice sont limités, je compense parfois en piquant des idées sur le net.

chat cheshire       hibou

Prochain projet: une carte d’anniversaire pour un copain du Bigorneau.

On s’amuse comme on peut ! 🙂

Tagué , , , , , ,

Du noir, du blanc et des couleurs

J’aime les albums aux graphismes simples, à la limite du dépouillement, et qui laissent le lecteur respirer.  Or, j’ignore si la technique a un nom, mais force est de constater que les albums jeunesse qui jouent sur le contraste entre le noir, le blanc et les couleurs, sont légion ces temps-ci. Ils se prêtent particulièrement bien à cette « légèreté » visuelle que j’affectionne, mais paradoxalement, je ne les aime pas très souvent.

La frontière entre simplicité et vide intersidéral est très glissante.

Parfois, le trait noir est trop épais, et « obscurcit » l’histoire au lieu de l’éclairer. Parfois aussi, le dessin est magnifique mais l’histoire faiblarde et cela n’a plus d’intérêt pour moi.

Mais de temps en temps, le résultat est superbe, tout en nuances, et ce jeu sur les contrastes sert parfaitement une histoire bien racontée.

P’tit Biscuit, Cécile Hudrisier c/o Didier Jeunesse

bisc couvbisc2

J’ai craqué sur les graphismes épurés et pourtant réalistes de ce livre. Le blanc (légèrement crème, car en plus le papier est beau) domine largement mais les dessins très fins et minutieux ainsi qu’un texte très musical donnent un équilibre et une poésie remarquables à l’ensemble. Du coup, la page blanche elle-même fait partie du décor et l’on a l’impression de littéralement tenir un petit univers entre ses mains. Quant à l’histoire, c’est une reprise du célèbre conte anglo-saxon et elle finit de façon assez cruelle -pour mon plaisir- ce qui n’a pas semblé choquer le Bigorneau du haut de ses 2 ans et demi.

Un vrai coup de cœur pour cette histoire très joliment racontée et d’un très bel équilibre entre texte et image.

Plic Plac Ploc, Bushika et Maro c/o Didier Jeunesse

 plic couvflic1

Cet album est un cadeau et j’étais plus que sceptique devant le graphisme naïf et la légèreté du texte. Grossière erreur.

Un personnage coloré puis deux, suivis rapidement de toute une foule multicolore, s’amusent dans la pluie. Le texte est succint, beaucoup d’onomatopées et quelques phrases dont je n’avais pas saisi l’importance, un peu repoussée, je l’avoue, par l’apparente simplicité (en vrai, j’ai pensé niaiserie) de l’ensemble. Sauf qu’en fait, cet album est très malin car il reprend les passages clé de comptines sur la pluie (« tombe, tombe, tombe la pluie », « il pleut, il mouille »…) que je n’avais pas identifiées et qui sont un complément très fun, à la lecture, aux onomatopées que mon fils adore prononcer.  On alterne les splitch, les splotch, et les fredonnements, c’est sympa. Là encore, on démarre sur une page très blanche qui se remplit peu à peu de couleur, tourbillonne, puis vire au noir quand la pluie s’intensifie et que la gadoue s’installe.

Le Bigorneau semble retrouver le même plaisir qu’il a à sauter à pieds joints dans les flaques d’eau. De préférence boueuses, sinon c’est moins drôle.

Le tapir aux pas de velours, Kim Han-Min c/o Cambourakis

tapir couvtapir2

Bien que le graphisme soit très différent, cet album ressemble beaucoup à celui de petit biscuit. On y trouve un jeu sur les sons important, pour raconter les déambulations discrètes de nos petits tapirs, un voyage donc, et un beau papier crème ! Le noir est beaucoup plus présent ici, cependant pas étouffant, car l’auteur joue également sur les nuances de couleur. Après, certains seront sûrement allergiques au style asiatique du dessin mais le dessin est tout de même très moderne et l’histoire fort mignonnette.

Extra Doux, Barnett et Klassen c/o Milan

xtra1

Last but not least, tout frais acheté de ce matin, cet album va sûrement rester un chouchou au même titre que P’tit biscuit. Annabelle trouve un jour une boîte remplie de fil multicolore et commence à colorer le monde, bien triste, qu’elle habite. La couleur envahit donc la page petit à petit, même si le sombre n’est jamais très loin. C’est beau et c’est même parfois drôle car Annabelle tricote des pulls pour tout et tout le monde. Là encore, le Bigorneau l’a adopté à la première lecture.

 xtra4xtra2

Tagué , , , , , , ,

Quand tu es prof de lycée (en gifs animés et en séries télé)

L ‘idée a été volée là: Vis ma vie d’instit. Le modèle est beaucoup plus drôle, mais on fait ce qu’on peut !

C’est ma deuxième année en lycée et finalement, j’ai vite découvert que les élèves n’y sont pas si différents qu’en collège. Même en BTS !

Un cookie offert à celui ou celle capable de citer toutes les séries utilisées.

Ce que l’Éduc Nat’ nous demande d’être

tumblr_mtkavssiN01qmk3pno1_500

*

Ce que nous sommes vraiment

tumblr_mm3vtbT3nH1qdr81fo1_400

*

Quand j’essaie d’impressionner les élèves en début d’année

giphy (3)

*

Quand je surveille un devoir

cylon_test2

*

Quand les élèves essaient de sortir avant la fin du devoir

southpark-gifs-animes-2410952

*

Quand ils me demandent si j’ai corrigé leurs copies

giphy (2)

*

Ce que je rêve de faire de leurs copies

Walter-White-Throws-Pizza-on-Roof-Breaking-Bad

*

Quand je rends les copies avec un mois peu de retard

tumblr_mx58d1fDPZ1sig9kao1_500

*

Quand Jason veut me convaincre que sa phrase sans verbe est correcte

dImyJ

*

Quand Jordan, élève de 2nde, pense enfin à utiliser des points et des majuscules (des fois)

Tina-Fey-giving-herself-high-five

*

Quand je cherche des idées pour un nouveau cours

giphy (5)

*

Quand je remplis mes bulletins

459

*

Quand Kevin, 6 de moyenne en français, annonce au conseil qu’il veut faire une 1re L

Excited-Happy-Kenneth-Parcel-30-Rock

*

Quand mes collègues essaient de me convaincre de participer à toutes sortes de projets au lieu de faire cours

house-gifs-animes-1125154

*

Quand on se remonte le moral, avec les collègues, en salle des profs

tumblr_n157mcxTXg1rcyf5no6_500

*

A la pause

tumblr_mctalko

*

A la pause aussi

tumblr_m2khj6Pq0V1rqusino1_500

*

Quand midi approche et que ta salle donne sur la cantine

quand midi approche

*

Quand on m’annonce une réunion au lycée à 18h

0024

*

Quand on m’annonce une réunion au lycée à 18h un mercredi

Dwight-Schrute-Laughing

*

Quand c’est les vacances

house-gifs-animes-4101117

Tagué , , , , ,

Top Ten Tuesday: 5 Livres pour faire pleurer dans les chaumières

Après un an d’absence, deux déménagements, un nouveau job, et accessoirement, un bébé tout neuf, I’m back! Je n’ai pas vu cette année passer, et surtout, je n’ai pas eu une minute pour me poser devant mon clavier. Mais ce blog me manque, alors remettons doucement le pied à l’étrier avec un petit Top Ten Tuesday.

Pleurer est une seconde nature chez moi. Aussi, il est rare que je ne verse pas une larmichette quand le sort réserve quelques embûches à mes héros préférés. J’ai pleuré quand Cédric Diggory est mort, j’ai pleuré quand Dumbledore est mort, j’ai pleuré quand Gandalf est mort (mais en fait non !), j’ai pleuré quand Vérité est mort, et parfois, je pleure même quand personne ne meurt ! Mais les livres de cette liste appartiennent à une toute autre catégorie: ceux qui vous ruinent en Kleenex et vous forcent à prétendre que vous faites de la conjonctivite le lendemain au boulot.

1. La nostalgie de l’ange, Alice Sebold

la nostalgie de l'angeCe roman est très différent de ce que j’ai l’habitude de lire, notamment à cause de son thème et parce qu’il flirte dangereusement avec l’impudique et le racoleur. C’est l’histoire d’une adolescente qui, après avoir été violée et tuée, observe depuis le ciel sa famille et ses amis qui tentent de continuer à vivre pendant qu’elle-même essaie d’accepter sa propre mort. La narration est suffisamment en retenue pour que l’on ne sombre pas trop dans le sordide et le voyeurisme. Mais tout de même, il est impossible de ne pas chouiner du début à la fin, devant tant de tristesse et d’injustice. Bref, la thématique est d’une rare violence mais la délicatesse et l’innocence de la jeune narratrice évitent que l’on s’y complaise. Un roman perturbant parce qu’on ne peut pas s’empêcher de se projeter dans ces personnages confrontés à la perte d’un être cher.

2. La Virevolte, Nancy Huston

virevolte_huston1Je ne connaissais pas Nancy Huston avant La virevolte et je ne remercierai jamais assez ma tendre Marie-Noëlle pour cette magnifique découverte. La virevolte raconte le choix terrifiant mais vital d’une maman, Lin, qui pour se sentir femme à nouveau abandonne mari et enfants pour se consacrer à sa passion de toujours: la danse. C’est un roman de l’absence mais aussi de la survie et de la passion, celles de cette femme qui s’est oubliée en devenant mère.

Un livre tout en retenue et finesse, qui m’a laissée écartelée et incapable de décider si cette femme avait fait le bon choix. Mais y en avait-il ?

Une relecture maintenant que je suis maman changerait-elle ma vision des choses ? Qui sait…

3. L’Assommoir, Émile Zola

assommoirEst-il vraiment utile de présenter ce monument de la littérature ? On sait dès le début qu’ils sont foutus, tous, et que l’alccol, la société et le déterminisme auront leur peau. On assiste à la déchéance de Gervaise, qui d’abord lutte, mais abandonne face à tant de forces liguées contre elle. On ne peut pas être surpris par cette fin atroce et pourtant, il y a une profonde révolte à regarder Gervaise, crever comme un chien, seule sous son escalier, à peine humaine.

Mon premier roman social, une grande claque qui pique bien les noeils !

« Et il ne faut point conclure, que le peuple tout entier est mauvais, car mes personnages ne sont pas mauvais, ils ne sont qu’ignorants et gâtés par le milieu de rude besogne et de misère où ils vivent. »

4. Des souris et des hommes, Steinbeck

des-souris-et-des-hommesEncore un classique, lu il y a bien longtemps. Et là encore, un sentiment d’injustice qui petit à petit fait gronder la révolte et monter les larmes aux yeux. Lennie, ce « doux colosse innocent aux mains dangereuses » ne mérite pas ce qui lui arrive, lui qui ne rêve que d’élever des lapins. Mais là encore, le sort s’acharne et finalement, dès le début, tout est joué, il ne reste qu’à regarder, impuissant, les événements s’enchaîner. Un petit livre d’une puissance incroyable.

*

« Y a pas besoin d’avoir de la cervelle pour être un brave type. Des fois, il me semble que c’est même le contraire. »

*

5. 35 kilos d’espoir, Anna Gavalda

35kgVous remarquerez que j’ai placé ce roman en dernier. Parce que j’ai honte. A plusieurs titres. Déjà, c’est de la littérature jeunesse et même très jeune, pour un public entre 9 et 12 ans et que je suis en train de vous avouer que j’ai pleuré en le lisant. Ensuite, parce que c’est du Anna Gavalda, et même si c’est le seul titre que je connais, on ne lit pas du Anna Gavalda quand on a des lettres, môssieur. C’est ce que les Inrocks et Télérama m’ont dit. Enfin, j’ai surtout des hontes des circonstances dans lesquelles j’ai versé mes quelques larmes… Mais comme je n’ai ni amour propre, ni pudeur, je m’en vais vous narrer cette petite anecdote. Imaginez une prof qui cherche un chouette roman à faire lire à haute voix à ses petits sixièmes les moins doués. De mémoire, 6 garçons, 1 fille. Imaginez encore que ladite prof, un peu fainéante et ayant une totale confiance en sa documentaliste, ne juge pas bon de lire en amont le susdit roman qu’elle lui a conseillé. Et là, c’est le drame ! Devant son parterre de petits durs en devenir, la prof ne peut retenir un torrent de larmes à la découverte de la fin de l’histoire. Elle espère avoir été discrète, planquée derrière son bouquin, mais que nenni ! Les mectons ont tout vu et quittent le cours, non pas hilares comme on aurait pu le penser, mais inquiets de l’état émotionnel (et peut-être mental) de leur professeur auquel ils adressent un timide « Ça va, madame ? » en guise d’au revoir.

Bref, un petit roman très touchant que mes élèves ont adoré.

*

PS: Désolée à ceux et celles que j’ai laissé(e)s en plan, notamment Christine Machureau qui avait eu la gentillesse de me faire parvenir son chouette roman que j’avais l’intention de chroniquer.

Tagué , , , , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :