Millenium yum yum !

Millenium, Steg Larsson

J’aime lire les œuvres à succès après tout le monde. Ou pas du tout, d’ailleurs, la plupart du temps. Je me méfie. C’est mon esprit de contradiction. Mais Actes Sud a bien fait son travail : ces couvertures me faisaient de l’œil depuis un petit moment, et j’ai finalement sauté le pas. Et je n’ai (presque) pas été déçue.

Je ne suis pas une grande consommatrice de polars, n’avais jamais lu d’auteur suédois et j’ai découvert à la lecture du 1er tome un univers totalement dépaysant et en décalage avec mes attentes du genre.

Le journaliste Michael Blomkvist accepte d’enquêter, pour le compte d’un vieil entrepreneur millionnaire, sur une affaire familiale qui hante ce dernier depuis des années. Il part donc s’installer, loin du scandale médiatique qui accompagne sa récente condamnation pour diffamation, chez le vieillard afin de fouiller dans l’opaque passé de la famille.

Le rythme des Hommes qui n’aimaient pas les femmes est lent, l’intrigue prend son temps comme ralentie par le climat suédois, et il faut du temps pour que les personnages se révèlent à vous. Rien que les noms et les lieux traversés, complètement exotiques pour l’inculte que je suis, créent une mélodie hypnotique -certains diront soporifique- et très vite, on ne peut plus poser le roman. On s’approche davantage du huis-clos familial oppressant que du polar américain, rapide, glauque et sanglant . En tout cas au début, car le rythme, inévitablement s’accélère, et l’on est emporté dans un tourbillon d’évènements qui ne cessent de nous surprendre. Bref, un excellent moment.

C’est avec plaisir qu’on retrouve nos héros dans le second tome de la trilogie, La Fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumettemême si le charme glacé de la campagne suédoise laisse place à un univers urbain plus conventionnel. Le rythme est bien plus soutenu, la lecture toujours aussi addictive, mais l’intrigue, toujours très bien ficelée et efficace, prend de l’ampleur géographiquement et va fouiller du côté de la mafia et du complot. Des thèmes plus classiques donc, mais impossible là encore de faire une pause, suspendue au destin rocambolesque des personnages. L’univers a perdu de son originalité, mais le rythme est haletant et les héros attachants.

Quant au dernier tome, La Reine dans le palais des courants d’airje serai brève, car la seule raison qui m’a poussée à le terminer est le lien créé avec les deux héros de cette trilogie. Mais pourtant, cet opus m’a profondément déçue et ennuyée. La trilogie suit une évolution, certes inévitable, mais qui s’éloigne trop de ce qui faisait son charme et son originalité initiaux.

Les beaux yeux de Daniel Craig attendront encore un peu, je ne suis pas du tout tentée par une adaptation. J’ai tort ?

Advertisements

Une réflexion sur “Millenium yum yum !

  1. Je suis d’accord avec ta description des 3 livres. J’ai beaucoup aimė meme si certains passages sont tres violents, notamment ceux avec Lisbeth et son tuteur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :