Souriez : dites « Cheesecake »

C’est bien gentil de nourrir les marmots, mais nous ? Quand est-ce qu’on bouffe dans tout ça ?

New York Cheesecake

C'est beau comme une pub Ferrero. On en pleurerait.

Ingrédients :

– 250 g de Spéculoos, soit un paquet

– 125 g de beurre fondu

– 450g de fromage Philadelphia ou St-Moret (sans l’ail et les fines herbes, of course)

– 100g de crème fraîche épaisse (prenez-la légère si ça peut vous donner bonne conscience)

– 100g de sucre en poudre, voire même moins

– 2 oeufs

– papier sulfurisé

ACHTUNG : Si vous ne voulez pas prendre d’actions chez Téfal pour cause de collage intempestif dans le fond du moule, recouvrez-le de papier sulfurisé. Et beurrez le papier. Ce n’est pas très pratique, mais vous me remercierez. Sinon, investissez dans un moule à fond amovible.

A se damner...

Réduisez en fines miettes, au mixeur, vos spéculos (avec le babycook, par exemple). Ils doivent être parfaitement crabouillés. Mélangez-les au beurre fondu et répartissez le tout, également, sur le fond du moule à manquer.

Ne tassez pas le mélange ainsi réparti, mais faites-le légèrement remonter sur les bords.

Dans un saladier, mélangez le fromage (que vous aurez sorti du frigo avant, sinon il sera plus difficile à mélanger) et la crème, jusqu’à obtenir un mélange souple et crémeux (avec 90% de crème, en même temps, ça devrait pas être trop dur).

Ajoutez le sucre à votre convenance et touillez.

Ajoutez les œufs battus en omelette, et retouillez jusqu’à obtention d’un mélange homogène et crémeux (vous aurez compris le mot-clé de cette recette).

Versez la « pâte » dans le moule.

Cuisson :

– Four préchauffé à 180°

Enfournez le moule à mi-hauteur et laissez cuire 40 minutes environ. Votre gâteau doit être roux sur le dessus et se décoller des bords. La crème doit être prise mais légèrement tremblotante au milieu.

Après 40 minutes, éteignez le four mais laissez-y le gâteau 30 minutes encore.

Il faudra encore le laisser une demi-journée au frigo avant de le dévorer déguster.

Conclusion :

Déjà, avec New York dans le nom, ça ne peut pas être mauvais.

Alors certes, on peut toujours chipoter.

Ce n’est pas diététique. C’est truffé de calories. Quand on commence, on ne peut plus s’arrêter.

Le cheesecake, c’est le mal. Et c’est ça qu’est bien.

Publicités
Tagué , , , ,

6 réflexions sur “Souriez : dites « Cheesecake »

  1. Frater dit :

    Je confirme, le cheesecake, c’est le mal, mais qu’est-ce que c’est bon !

  2. nan mais vous y croyez vous? Je n’ai pas souvenir avoir gouté un cheesecake dans ma vie! malgré des voyages aux USA, en Australié et un séjour d’un an en Angleterre…. Il va falloir que ca change!!

  3. Sophie Sampic dit :

    Raaaahhh ! Pourquoi je n’ai pas lu cette recette AVANT de faire mes courses hier… Je vais être obligée d’y retourner pour acheter du fromage et essayer..(Les speculoos, je les ai toujours, je fais des tiramisu avec ;o)).. Ça a l’air trop trop bon !!!
    Hop, billet ajouté !

  4. haliade dit :

    Cette recette à l’air bien apétante !

    Je pense que je vais m’en inspirer fortement ! (et je suis pâtissière !)

    Petite question avant de me lancer dans l’aventure du cheesecake : Cette recette est prévu pour combien de personnes environ ?

  5. Stéphanie dit :

    waou le cheesecake trop bon. Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :